•   PAULINE PERPLEXE

     

    Pauline Perplexe est le nom d'une ancienne maison familiale située à Arcueil, gérée par des artistes et reconvertie en un lieu indépendant de production artistique et d’exposition depuis 2015.

     

    La dynamique de ce lieu et sa construction au quotidien, se nourrissent des tropismes de chacun. L'espace est réparti sur deux niveaux en ateliers et salles d'expositions et se combine sans cesse différemment, selon les exigences et la singularité  de chaque projet. La programmation prend des formes multiples: concerts, lectures, expositions, projections et autres initiatives. En invitant des artistes d'horizons variés à se saisir de cet espace comme d’une plateforme, Pauline Perplexe veut favoriser l'essaimage d'une scène naissante et construire les meilleures conditions possibles d’expérimentation et d’émergence de nouvelles formes.

     

    Le contexte géographique du pavillon occasionne un type d'échanges basé sur des relations de proximité et de coopération. Les liens tissés avec les entreprises du secteur de l’artisanat et les établissements scolaires  créent un terrain propice à engendrer de nouvelles perspectives chez les artistes.

     

    Ce projet a été rendu possible grâce à l'association Plateau Urbain et au soutien de la mairie d’Arcueil.

     

    http://www.plateau-urbain.com/

    http://www.arcueil.fr/

     

    Horaires d'ouvertures, sur rendez-vous.

  • PLAN / CONTACT

     

    90 Avenue de la convention

    94110 ARCUEIL

    RER B. Station Laplace

     

    paulineperplexe@gmail.com

    tel: 06.67.28.86.97

    ou: 06.61.70.37.22

     

    RER B - STATION : LAPLACE

    Chatelet-les-halles / Laplace: 13min

  •   LES RÉSIDENTS

 

LE PAUVRE AMOUREUX - CORENTIN CANESSON & DAMIEN LE DEVEDEC

Le pauvre amoureux Corentin Canesson et Damien Le Dévédec Du 9 au 25 Mars 2018 Commissariat Francis Coraboeuf Damien le Dévédec et Corentin Canesson sont complices dans la réalisation de leurs œuvres : L’un dessine, l’autre peint. Des jeux et des défis de l’exécution résultent des formes et des sujets délicieusement inattendus, d’où la présence, dans un même espace d’exposition, des portraits du Buddha, de Bourvil ou de la mère de Damien. « On ne sait que dire. La suite des mots se refait et les gestes se reconnaissent. En dehors de nous. Bien sûr il y a des procédés maîtrisés, des résultats vérifiables. C’est très souvent amusant. Dans un texte comme dans une exposition, il est impossible d’exprimer clairement la totalité de ses ambitions, ni de ses désirs.»* Rien de figé dans cette recherche, même si le ré-emploi de références et d’oeuvres est une constante pour eux. Des motifs sont déclinés indéfiniment, une série en entraîne une autre : Masques, oiseaux, portraits apparaissent et disparaissent au fil des œuvres du duo. Le champ de leurs références est large et décomplexé, refusant de se prendre au sérieux. A trop chercher une règle on se rend compte qu’il n’y en a pas, ou plutôt qu’elles apparaissent et disparaissent au fil de leurs jeux, et qu’elles nous retiennent suffisamment pour qu’on veuille les y rejoindre. Pauline Perplexe est un atelier, un lieu d’exposition et un pavillon de banlieue. Dans les espaces d’exposition, Corentin et Damien installent un mobilier rudimentaire - lit, lampes, bureau, miroir - comme un appartement ou une chambre de peintre décorée de leurs portraits candides, tristes ou monstrueux. Un thème récurrent dans leur travail est la figure de l’artiste, en tant que peintre maudit, artiste mélancolique et solitaire, un peintre poète sorti d’un roman de Roberto Bolano, qui pourrait être l’occupant de cette chambre. Damien le Dévedec et Corentin Canesson se sont rencontrés aux Beaux-Arts de Rennes ou ils ont créé l’espace d’exposition Standards avec un groupe d’amis. Leur collaboration prend de nombreuses formes, notamment au sein du groupe The Night He Came Home avec Arthur Beuvier et Tim Defives (https://tnhch.bandcamp.com/). Francis Coraboeuf *(Texte de présentation de l’exposition de Standards « Revenir, tu ne peux pas Revenir » avec Vecteur Interface à Nantes en 2013. (communiqué de presse, La Totalité du Vent, avril 2011, Théâtre de Poche de Hédé)