THE MYCOLOGICAL TWIST

GAME ISLAND

 

Session de jeu

vendredi 8 juillet, de 16h00 à 18h00

à Bétonsalon - Centre d’art et de recher­che,

9 esplanade Pierre Vidal-Naquet 75013 Paris

 

 

© The Mycological Twist, Interspecies Meeting Point, 2020, copeaux de bois ino­cu­lés avec Stropharia rugo­soan­nu­lata (Strophaire à anneau rugueux). Exposé à Futura, Prague, dans le cadre de Hairy ear­th­ton­gue, wee­ping too­th­crust, fairy rings. Photo: Tomáš Souček.

 

 

Game Island conte l’his­toire d’un monde de muta­tions résul­tant du chan­ge­ment cli­ma­ti­que. Avec des per­son­na­ges de jeu amor­phes basés sur les éléments eau, terre, feu, air et vide, les joueur·­ses sont conduit·es à tra­vers diver­ses nar­ra­tions, confron­té·es à des catas­tro­phes natu­rel­les et encou­ra­gé·es à s’enga­ger dans des allian­ces inter-espè­ces — en tant que molé­cule, pierre, bac­té­rie ou être humain.

Ensemble les joueur·­ses seront confron­té·es à la réa­lité des condi­tions envi­ron­ne­men­ta­les qui mena­cent leur

exis­tence. Y aura-t-il un futur en dépit des condi­tions hos­ti­les ? Les divers orga­nis­mes sont-ils capa­bles d’évoluer et de sur­vi­vre ou la pla­nète est-elle deve­nue inha­bi­ta­ble pour leur propre espèce ?

 

 

The Mycological Twist est un projet d'Eloïse Bonneviot et Anne de Boer fonctionnant à la fois comme un jardin de champignons fixe sur un balcon à Berlin et comme un projet nomade. The Mycological Twist s’intéresse aux cycles de régénération et de détérioration des zones de ‟dark ecology” et la mycologie est abordée comme source d’inspiration pour s’engager avec des pratiques écologiques et sociales. Leur intérêt s’étend du corps fruc­ti­fiant

du cham­pi­gnon à la matière en décom­po­si­tion dans les pro­fon­deurs du sol. Des métho­des do-it-your­self sont intégrées aux cultu­res numé­ri­ques afin de cons­truire des uto­pies pour des modes de vie alter­na­tifs.

The Mycological Twist a débuté en 2014 à Londres. Depuis, leurs recherches se manifestent par des évènements, des performances et des œuvres aussi variées que des programmes télévisés (MycoTV), des sessions de camping (Ghost Camp) ou de jeu.

 

Dans le cadre de Eaux Courantes, une rési­dence croi­sée par La Bièvre entre Pauline Perplexe et Bétonsalon – centre d’art et de recher­che.

Avec le soutien du minis­tère de la Culture - DRAC Ile-de-France

À l'invitation de Christel Conchon. Merci aux membres de Pauline Perplexe, Emilie Renard, Mathilde Belouali-Dejean, Natacha Marini, Célin Jiang.